Quelques points essentiels à connaître avant le grand départ.

Avant le départ en expédition

Bien se nourrir dans les jours qui précèdent le voyage.
Préparer sa condition physique en fonction de l’objectif fixé.
Ne pas négliger son équipement qui doit être confortable et adapté (chaussures, vêtement, sac à dos, duvet, …).
Calculer la quantité et le type d’avitaillement : tenir compte des possibilités de restauration sur place (refuge, gîte, etc), calculer les besoins en autonomie et prévoir un petit supplément (au cas où). Le choix des types de plats dépendra du poids et du volume disponible, sans oublier le matériel pour préparer les repas.

Équilibre alimentaire

L’apport alimentaire doit se répartir tout au long de la journée. Il ne faut  négliger aucun des trois repas principaux.
Le petit déjeuner apporte les glucides lents et rapides. Une boisson chaude ou froide est indispensable.
Le déjeuner privilégie les protéines et les sucres lents et rapides en fonction de l’effort. Ne pas oublier l’apport en fruits et légumes.
Le dîner permet une bonne récupération de l’organisme. Varier les goûts et les saveurs pour compenser la déminéralisation due à l’effort.
Penser aux compléments énergétiques en cas d’effort intense ou prolongé.

Équilibre hydrique

L’eau est indispensable et doit être emportée en quantité suffisante :  1 litre et demi par personne et par jour. Compter en moyenne 30 cl pour réhydrater un plat lyophilisé. Tenir compte des possibilités d’approvisionnement sur place et prévoir des pastilles de désinfection de l’eau.
En situation d’effort, les pertes d’eau provoquent une déperdition de chaleur nécessaire pour le maintien du corps à une température constante.
Idéalement, l’eau doit être consommée par petite quantité mais très fréquemment (15 cl tous les quarts d’heure par exemple).
Un déficit hydrique peut être à l’origine de courbatures mais peut aussi avoir des conséquences neurologiques graves.